Guirlande 1 an Louise

Mon anniversaire de maman

Un an que Louise est entrée dans nos vies, un dimanche après-midi, dans le calme et la douceur. A 16h01, je suis devenue maman. Sa date d’anniversaire marque pour toujours le jour où je suis devenue mère. Son anniversaire est mon anniversaire de maman.

A cette occasion, j’ai fais le bilan de cette année qui m’a changé à jamais.

Avant, j’étais cette fille qui pensait ne pas changer avec la maternité. Cette fille qui jugeait les autres mères parce qu’elles avaient changé en devenant mamans. Qui les regardait d’un air amusé à parler doses de biberons, diversification (diversi-quoi?!), sommeil alors qu’avant on parlait soirées, dressing et garçons.Cette fille qui était sûre qu’elle resterait la même. Qu’elle sortirait comme avant. Cette fille qui pensait qu’un enfant doit s’adapter à tout prix à ses parents. Qu’il suffisait d’ajouter l’emploi du temps de son enfant au sien et que tout marcherait comme sur des roulettes. Cette fille qui pensait avoir tout compris à la vie.

Louise est arrivée dans nos vies et elle a bousculé toutes mes certitudes. Du haut de ses 47cm et 2kg710, elle m’a appris l’Amour, le véritable, l’inimaginable, l’incroyable.

Ai-je changé?

Les six premiers mois ont été durs physiquement et psychologiquement. Physiquement, la fatigue accumulée a commencé à être difficile à vivre. Difficile de réussir à continuer à avoir une vie sociale active (et donc réussie?) quand vous n’arrivez pas à dormir correctement. Continuer à avoir envie de sortir, de faire la fête, de partir en week-end. J’ai parfois pensé être au bout de mes forces physiques. Psychologiquement, j’avais l’impression de vivre une journée sans fin depuis 6 mois, rythmée par les biberons de jour comme de nuit, rythmée par les besoins de mon bébé. Puis passé le 6e mois, le reflux de Louise s’est largement amélioré et ses nuits sont devenues paisibles. Nous avons tous pu profiter à nouveau de nuits réparatrices. Les crises de reflux derrière nous, nous avons pu confier Louise à des baby sitters et ressortir, profiter à nouveau de nos amis, de moments en amoureux. De 6 mois à un an, nous avons continué à trouver nos marques à 3, à jongler entre le boulot, les sorties de crèche, les apéros, les moments solos, les restos en amoureux, le sport, et nos moments en famille.

Le changement est défini comme le passage d’un état à un autre. Dans ce sens, on change en devenant mère. Il est aussi défini comme une modification profonde, une rupture de rythme, tout ce qui rompt les habitudes ou bouleverse l’ordre établi.

Louise est donc notre changement. Synonyme de la rupture de notre rythme à deux. Elle a rompu nos habitudes et bouleversait notre ordre établi. Alors est ce inévitable de changer lorsqu’on passe de femme à mère ? Lorsqu’un nouveau-né modifie profondément le rythme et l’ordre établi? Il semblerait que oui par définition. Mais est ce vraiment une mauvaise chose? Et pourquoi ce changement est il sous entendu parfois comme une mauvaise chose?

Oui, j’ai changé

J’ai inévitablement « changé ». Comme les autres. Pensais-je être meilleure? Je n’en sais rien. Je pense simplement et humblement que je n’avais pas vraiment compris ce qui signifiait devenir mère.

J’ai changé, mais je pense sans prétention aucune, que c’est pour le meilleur. Louise a fait de moi une bien meilleure personne en me confrontant à mes limites physique et psychologiques.

Je me suis découvert des forces encore inexploitées. J’ai repoussé mes limites physiques. Elle m’a appris l’humilité et la tolérance en me confrontant à ces limites et à mes contradictions. Comme dit ce fameux dicton, « On a des principes, puis on a des enfants« . J’ai compris en devenant maman que c’était si facile de juger lorsque l’on ne connait pas tout le contexte, lorsqu’on ne vit pas la situation. Elle m’a appris la bienveillance et la douceur. Parce que justement tout ne se passe pas comme on l’espère, ou comme on voudrait le faire, j‘ai appris que tout le monde faisait de son mieux, surtout en terme de maternité. Elle a remise les choses à leurs places, en m’obligeant à me fixer des priorités pour concilier notre vie familiale et sociale.  Elle m’a appris à m’affirmer, à avoir confiance en moi. En prenant confiance en mon rôle de maman, j’ai pris confiance en moi et en mes choix, et j’ai réussi (enfin!) à les affirmer et les expliquer au grand jour. J’ai commencé ce blog, alors que je rêvais d’écrire depuis des années et n’avait jamais osé le faire. Elle me donne envie de faire mieux. De repousser mes limites. D’ailleurs de ne pas m’en mettre tout simplement.

en version améliorée

Je redoutais tant de changer en attendant Louise. J’avais peur qu’on ne me reconnaisse plus, de trop me consacrer à mon enfant, ou au contraire de ne pas assez la privilégier, de ne pas trouver le juste milieu, l’équilibre parfait. J’avais peur de ne pas avoir de temps pour moi. J’étais terrifiée à l’idée de voir notre couple évolué parce qu’on était si bien en l’attendant.

J’ai changé mes habitudes pour essayer de concilier au mieux mon quotidien. Profiter de mon enfant, de mon couple et avoir une vie sociale qui nous épanouit, même si elle est moins importante qu’avant.

A la fin de cette année bilan, on a trouvé notre équilibre à 3. On trouve des moments pour chacun. En famille. Entre amis. En solo.

Quant à moi, je reste celle que j’étais avant d’être mère. Je reste moi, en version améliorée. Je ne crois pas que Louise a soustrait des traits de mon caractère, je crois qu’elle les a affirmé, je crois qu’elle en a révélé, elle en a amélioré. Et je l’en remercie. Car je préfère vraiment cette version de moi. Elle a fait de moi une meilleure personne et cela n’a pas de prix.

J’ai cherché les raisons de ces changements en moi. Pourquoi ces qualités se sont révélées? Je pense que je cherche à apprendre à Louise des valeurs et des lignes de vie importantes : la liberté, la tolérance, la bienveillance, l’amour, la confiance en soi, le rêve, et l’envie de faire. Mais mes mots auront-ils vraiment un impact si je ne respecte pas mes principes? Si je me mets des limites? Si j’ai peur d’avancer ou de réaliser des projets? Nos enfants sont des éponges qui se nourrissent de nos sentiments et angoisses. Inconsciemment, j’ai envoyé balader mes barrières pour pouvoir devenir un exemple de femme pour ma fille, être ce que je veux être, ce que je souhaite lui transmettre. Pour qu’elle devienne une femme épanouie, heureuse, sûre de ses choix et LIBRE Car, au final, c’est ca le plus important pour moi.

Bon et je vous rassure j’ai encore du pain sur la planche pour voir tous mes rêves se réaliser mais une petite fille de 1 an me donne des ailes…Affaire à suivre!

 

 

 

 

 

4 réflexions sur “Mon anniversaire de maman

  1. Collet dit :

    Magnifique article, tellement bien écris et tellement vrai, je me reconnais dans certaine choses que tu décris , avec des mots tellement juste concernant ce changement incroyable que nos poupons on opéré sur nous. J ai adorée te lire… continue !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *