talons et tetines 

La bronchiolite chez le bébé

10/09/2020

Talons et tetines » La bronchiolite chez le bébé

La bronchiolite chez le bébé n’est pas grave en soi, mais peut très vite le devenir si elle n’est pas traitée en temps et en heure. En effet, s’agissant d’une inflammation virale des petites bronches appelées bronchioles et très contagieuse chez les bébés, son évolution peut conduire rapidement à une détresse respiratoire. Il est donc indispensable de la traiter au plus tôt, mais comment la reconnaître ? Comment ne pas la confondre avec une infection bénigne ?

Le mode de transmission de la bronchiolite

Très contagieux, le virus de la bronchiolite touche les jeunes enfants. Il se transmet très bien, que ce soit de nourrisson à nourrisson comme par exemple dans les crèches, que d’adulte à nourrisson. Comment? Par les mains, la salive, les éternuements, la toux ou, tout simplement, un objet touché par une personne déjà contaminée, un nourrisson peut attraper une bronchiolite.

Les défenses immunitaires étant moins performantes chez un nourrisson que chez un enfant plus grand ou un adulte, le bébé peut vite tomber malade.

De plus, il faut savoir qu’un simple rhume d’adulte peut être transmis chez le nourrisson, provoquant un rhume, mais aussi une bronchiolite. Ce virus VRS (Virus Respiratoire Syncitial) imprègne tout, que ce soit les jouets, la vaisselle, les surfaces murales ou le sol, les peluches que votre bébé affectionne. Pour éviter cette contamination, il est important de respecter les règles d’hygiène, telles que le lavage des mains, les mouchoirs bien jetés à la poubelle et autres.

Les signes de bronchiolite chez le bébé

Comme la plupart des maladies respiratoires, la bronchiolite démarre par un rhume. Alors que vous pensez tout de suite à lui mettre des gouttes dans le nez et à donner à votre bébé des antalgiques pour éviter la montée de fièvre, vous constaterez que ses difficultés respiratoires ne vont pas en s’arrangeant. De plus, il s’alimente de moins en moins du fait de l’encombrement de ses bronchioles. La fièvre ne baisse pas, mais reste cependant modérée. La toux, sèche au départ, devient de plus en plus grasse jusqu’à entendre un sifflement lorsqu’il respire.

Dès l’apparition des signes de bronchiolite chez votre bébé, l’emmener consulter un pédiatre au plus tôt permet de le soigner chez vous , sans en arriver à l’hospitalisation.

Comment le soigner ?

Le doper d’antalgiques ou de sirops qui lui fluidifieront les sécrétions ne sert pas à grand chose à cet âge-là. En effet, généralement, ce sont les bébés de 0 à 2 ans qui sont touchés. Ces derniers ne peuvent pas évacuer les glaires et sécrétions tout seuls, ils n’en ont pas le réflexe. Le médecin vous prescrira donc des séances de kinésithérapie respiratoire. Il s’agit là d’un traitement efficace et indolore.

A chaque séance, le kinésithérapeute pratique des mouvements situés au niveau de la cage thoracique et de l’abdomen. Grâce à ces gestes fait doucement et de façon précise, les sécrétions remonteront vers la bouche du bébé qui réussira à les extraire. Selon l’état de votre bout de chou, il est possible que le médecin vous donne une ordonnance avec deux ou trois séances de kinésithérapie par jour.

En revanche, ne commencez pas les visites kinésithérapeutiques le premier jour. Cela ne mène à rien, dans la mesure où les sécrétions ne se seront pas encore développées. Il vaut mieux attendre le lendemain, voire le surlendemain. Votre petit protégé sera guéri en l’espace de cinq à dix jours seulement.

La nuit, il est évident que ce petit enfant respirera nettement moins bien que la journée. En position couchée, les sécrétions « s’entassent » dans les bronches et ne sont pas évacuées. De ce fait, n’hésitez pas à relever la tête de votre enfant à l’aide de coussins ou couvertures, sous l’oreiller. Le matelas sera plus haut et votre enfant ne restera toujours dans la même position. Si vous lui posez les oreillers directement sous la tête, ceux-ci peuvent bouger et votre petit bout se retrouvera trop rapidement à plat.

De plus, il est conseillé d’utiliser un humidificateur d’air, il va humidifier l’atmosphère et donc purifier l’air de micro-organismes nocifs et ainsi permettre à votre bébé de mieux respirer puisque ses défenses immunitaires seront intactes.

Avant le traitement, la prévention

Contrairement aux angines ou autres maladies de ce type, les antibiotiques n’ont pas du tout d’effet sur la bronchiolite du bébé. Le virus VRS sait faire face aux antibiotiques. Le traitement de cette pathologie survient surtout en période hivernal, entre octobre et mars, mais un pic « rouge » est confirmé courant décembre.

Afin de ne pas contracter cette pathologie, il est nécessaire de faire attention que votre bébé ou très jeune enfant ne fréquente pas trop les transports en commun ou les lieux publics. Il faudrait, pour bien faire, ne pas mettre votre enfant en crèche au moment des grosses épidémies. Ce n’est pas toujours facile lorsque l’on travaille, mais c’est vrai que c’est un bon moyen de passer à côté de la bronchiolite.

Il en va de même pour les salles d’attente, mais lorsque l’enfant est malade ou qu’il n’a qu’un simple rhume, le passage en salle d’attente du médecin est bien obligatoire. De plus, après avoir soigné votre bébé ou lui avoir donné un bain, il faut vraiment vous laver les mains .

Autres solutions de prévention

Le tabagisme passif est un facteur d’irritation supplémentaire pour les bronches, à bannir très vite! Aérer la chambre de bébé quotidiennement et bien secouer ses draps, couettes et couvertures est un plus dans le domaine de la prévention. La température de la chambre ne doit pas excéder 19°. Des thermomètres spécialement conçus à cet effet existent sur le marché.

Alors que les vaccins de l’enfant doivent être scrupuleusement respectés, il faut aussi bien faire prendre toutes les mesures nécessaires et préventives, d’autant plus pour les petits prématurés ou les enfants souffrant de problèmes pulmonaires et/ou cardiaques et le traitement reste très important.

Autre traitement de la bronchiolite

Les séances de kinésithérapie ne sont agréables du tout pour un enfant, surtout si le bébé est très jeune. Néanmoins, ce traitement fait plus peur aux parents qu’aux enfants. Certes, les enfants peuvent se débattre, s’opposer et pleurer, il n e faut pas pour autant arrêter les soins. Pourquoi ? Parce que l’enfant ne souffre pas, bien au contraire. Ses bronches vont se dégager et il ira nettement mieux.

Afin d’aider votre petit protégé à lutter contre le mal qui l’envahit, vous pouvez aussi lui des granules homéopathiques qui l’aideront à dégager ses bronches. Il faut noter que l’homéopathie ne remplace pas les séances chez un kinésithérapeute, mais contribue à la fluidification des sécrétions. De ce fait, votre enfant crachera nettement plus facilement toutes ces impuretés stockées dans ses bronches.

Il n’est pas impossible qu’une bronchiolite entraîne quelques conséquences. Si votre bébé a contracté deux ou trois bronchiolites avant l’âge de deux ans, il se peut qu’il soit sujet à l’asthme par la suite. Le cas est d’autant plus probable si les antécédents familiaux sont sur un terrain allergique. Dans ce cas, votre médecin peut vous conseiller un dépistage d’allergie très tôt pour que l’asthme de votre enfant ne se développe pas et que les allergies soient éliminées au plus tôt.

Pour finir, il faut impérativement bien laver son nez avec du sérum physiologique et bien jeter les mouchoirs à la poubelle. La contamination sera moins importante. Il ne faut pas échanger les tétines ni les biberons avec d’autres enfants. Ces derniers éléments doivent être bien suivis car une otite ou une angine peuvent apparaître en plus de la bronchiolite.

Conclusion

En conclusion, il faut savoir qu’au départ une bronchiolite est bien souvent une maladie comme une autre, sans plus de gravité, même si elle atteint les bronches. Néanmoins, afin d’éviter de la contracter, il faut avoir une bonne hygiène de vie, une bonne alimentation et respecter les consignes des collectivités locales . Chez vous, le bébé ne doit pas vivre dans un environnement clos et enfumé et la température de sa chambre ne doit pas être trop élevée.

Si un simple rhume ou mal de gorge persiste et que sa toux sèche se transforme en toux grasse, alors il vous faut consulter un médecin. La bronchiolite sera vite stoppée et ce ne sera, pour vous comme pour bébé, qu’un mauvais cauchemar. Tout rentrera dans l’ordre, sans panique, sans désagrément, si ce n’est quelques nuits à ne dormir que très peu !

Article de la même catégories
Qu’est-ce qu’une laryngite?

Qu’est-ce qu’une laryngite?

La laryngite est une inflammation aiguë du larynx, d’origine virale, allergique ou bactérienne. Elle occasionne une...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *